Métamorphoses

Chargement Évènements

Métamorphoses

Métamorphoses

« Ce concert Métamorphoses, relève d’une importance toute particulière pour nous: il s’agit de la première mondiale de l’oeuvre du compositeur Matteo Riparbelli, “Connexions”, interprétée par notre orchestre en résidence composé de jeunes et brillants talents, les Solistes de la Menuhin Academy, avec au piano Philippe Demanget, notre concertiste roséen. Le talentueux chef d’orchestre Pierre Bleuse a accepté de venir diriger ce concert si représentatif de ce que nous souhaitons faire au Rosey Concert Hall : promouvoir les jeunes talents aux côtés des plus grands d’aujourd’hui. »

Marie-Noëlle Gudin


Direction : Pierre Bleuse
Piano : Philippe Demanget

avec Les Solistes de la Menuhin Academy


Programme

Jean-Sebastien Bach (1685-1750)
Concerto Brandebourgeois III (Sol Majeur)

Matteo Riparbelli
Première mondiale 
Concerto pour piano et Orchestre N° 1 « Connexions » 

Richard Strauss (1864 – 1949)
Métamorphoses 


CONCERTO POUR PIANO ET ORCHESTRE No 1 « Connexions »

L’écriture d’un concerto pour piano est pour un compositeur d’aujourd’hui un exploit comparable à l’ascension de l’Everest pour un alpiniste.

Cela s’explique de deux manières :

Premièrement parce que le piano est un instrument très complet et donc, techniquement parlant, l’écriture d’un concerto pour piano équivaut à composer pour deux orchestres.

La seconde raison, c’est que les plus grands compositeurs de l’histoire ont créé d’immenses chefs d’œuvres en utilisant la forme du concerto pour piano.

Mozart, Beethoven, Brahms, Rachmaninov, Prokofiev, Ravel, Chostakovitch ont écrit des pages destinées à rester à jamais dans l’histoire de la musique.

Ce défi a été très fascinant pour moi et l’écriture de ce concerto m’a pris deux ans et demi.

L’idée principale était de créer une connexion entre deux époques éloignées, qui ont produit deux esthétiques très différentes: la période Classique/Romantique et la période contemporaine.

Dans mon concerto, j’ai voulu établir des connexions entre ces deux esthétiques.

Dans le premier mouvement, par exemple, le matériel sonore utilisé dans les premiers accords (très dissonants) du piano me permet de créer un deuxième thème presque tonal.

Ce genre d’approche m’a permis de jouer avec les esthétiques, tout en gardant une cohérence interne très solide.

Toutes les tensions du premier mouvement sont amorties par un adagio très doux et simple. Le troisième mouvement, en forme de Toccata et en ligne avec la tradition des troisièmes mouvements des concertos, est très explosif, il synthétise et conduit le rapport entre le soliste et l’orchestre à son aboutissement.

Matteo Riparbelli


Pierre Bleuse© Pilvax

Direction : Pierre Bleuse

« Pierre Bleuse, l’un des plus brillants chefs de sa génération et à n’en pas douter un grand nom de la scène internationale dans un avenir proche » « Le travail de Pierre est remarquable » Ainsi Bertrand Chamayou ou Gautier Capuçon définissent-ils Pierre Bleuse.

Très soutenu par bon nombre de grands solistes internationaux, doté d’un enthousiasme inspirant, d’une autorité charismatique et d’une technique claire et expressive, il entame une carrière internationale de premier plan. Cette saison, on le verra ainsi faire ses débuts avec les Orchestres Symphoniques de Québec, d’Odense, des Iles Baléares et des Flandres, ainsi qu’avec l’Orchestre National de Belgique.

Extrêmement actif dans le milieu de l’opéra, il noue une relation forte avec l’Opéra de Lyon avec lequel il se produit pour la troisième fois à l’occasion du festival de la Ruhr Triennale en 2019 dans une adaptation de Didon et Enée de Purcell, après avoir dirigé Mozart et Salieri de Rimski-Korsakov 2 ans plus tôt. Il dirige également l’Orchestre National de Lyon lors des prestigieuses Victoires de la Musique Classique en février 2018, travaillant avec Angela Gheorghiu, Gautier Capuçon ou Paul Meyer. Cette saison, il est invité par l’Ensemble intercontemporain à l’occasion du festival Présences pour mettre sur pied Into the Little Hill by George Benjamin. Quelques mois plus tard c’est au Théâtre des Champs-Elysées qu’il dirigera Psyché de Lully avec l’Orchestre de Chambre de Paris.

Très impliqué dans le répertoire contemporain, Michael Jarrell lui confie en janvier 2017 la direction de son opéra Cassandre porté par Fanny Ardant, au Grand Théâtre de Provence, avec le Lemanic Modern Ensemble dont Pierre Bleuse est Co-Directeur Musical. Il construit à cette occasion une relation proche avec le compositeur et dirige son concert anniversaire en octobre 2018 au Victoria Hall de Genève, avec le Lemanic Modern Ensemble, concepteur et le producteur de cette soirée, et l’Orchestre de la Suisse Romande.

En plus de sa carrière internationale qu’il construit solidement en remplaçant Sakari Oramo au Royal Stockholm Philharmonic Orchestra, faisant ses débuts au MDR Sinfonieorchestrer de Leipzig, à l’Orchestre Philharmonique National de Russie, à l’Orchestre Symphonique National de Chine, Pierre Bleuse est très actif sur le territoire français, se produisant avec la majorité des orchestres nationaux .

Il fonde en 2008 la Musika Orchestra Academy, en co-production avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse, académie de premier rang et lieu d’échanges entre musiciens et acteurs du monde de la musique.

Pierre Bleuse s’est formé à la direction auprès de Jorma Panula en Finlande et de Laurent Gay à la Haute École de Genève. Premier prix de violon au Conservatoire de Paris, il s’est produit avec de prestigieux orchestres à travers le monde, dont l’Orchestre National de France.


Philippe Demanget© Rosey Concert Hall

Piano : Philippe Demanget

Né à Lyon en 1962, Philippe Demanget commence les études de piano à l’âge de 7 ans. Il montre dès lors des dispositions pour l’instrument et il lui est proposé d’entrer au Conservatoire Régional de Lyon l’année suivante. Ses parents refusent, préférant lui laisser le temps d’acquérir une technique sûre sous les conseils de son professeur d’alors, Mme Tissier, élève d’A.Cortot.

C’est en 1976 qu’il entre au Conservatoire Régional de Lyon dans la classe de Suzy Bossard-Gastinel et obtient une médaille d’or 3 ans plus tard ainsi qu’un 1er Prix du Royaume de la Musique.

En 1982, il remporte le 1er</sup. prix au Concours National Claude Kahn.

Après un cours passage au Conservatoire Supérieur de Lyon, il entre au Conservatoire Nationale Supérieur de Paris en 1983 dans la classe de Gabriel Tacchino, un des rares élèves de Francis Poulenc, et obtient en 1987 un 1er prix à l’unanimité de piano et musique de chambre.

Il obtient la même année le 3ème Grand Prix du Concours International Claude Kahn.

Il est engagé en 1988 en tant que démonstrateur officiel des pianos Roland pour la France mais cette expérience ne le convainquant pas, il démissionne l’année suivante.

Les 3 années suivantes sont principalement consacrées à l’enseignement et à divers concerts aux USA, Canada, Japon, Europe… en tant que soliste ou accompagnateur de musique de chambre.

Il est depuis 1992 professeur de piano à l’Institut Le Rosey à Rolle. Il continue néanmoins de jouer en concerts et a notamment fait en 2015, une interprétation remarquée du 3ème Concerto de Ludwig Van Beethoven, accompagné par les musiciens de l’Académie Menuhin et sous la baguette de Maxime Vengerov.


Matteo Riparbelli

Matteo Riparbelli

Né à Turin en 1973, il vit à Saint-Saphorin (VD) depuis 2001.

Diplômé en guitare classique avec Guido Margaria au Conservatoire d’Alexandrie et avec Dagoberto Linhares au Conservatoire de Lausanne, il s’est produit dans de nombreux festivals italiens et européens avant de se dédier à l’étude et à la profession de compositeur.

Ses compositions lui ont valu plusieurs prix et distinctions et ont été interprétées par de nombreux ensembles en Suisse et à l’étranger. Ses musiques cinématographiques ont été programmées dans différents festivals de films et ont été diffusées sur différentes chaînes télévisées.

Parmi ses créations, p a été dirigé par Armand Angster à la Cité de la Musique et de la Danse de Strasbourg ; Le Réveil d’Orphée a été réalisé sous la direction de William Blank par l’orchestre du Conservatoire de Lausanne; Scherzo dodecafonico a été créé sur invitation de la compositrice finlandaise Kaija Saariaho pour le Festival de Musique Contemporaine de Strasbourg Musica et publié aux éditions musicales du Conservatoire de Strasbourg ; Cavalier prend Rhinocéros, pièce dont il est l’auteur et le compositeur, a mis en scène trois acteurs, cinq musiciens et un dispositif électronique à Lausanne, au Conservatoire et à l’Espace Culturel des Terreaux.

En 2010, Il a reçu une commande de la Société des Amis de la Musique de Lausanne pour écrire une pièce pour ensemble d’instruments à vent qui a été interprété en Suisse et en France par l’Ensemble Orchestral de Lausanne EOL.

La SUISA lui a, cette même année, commandé une pièce originale pour basson et trompette et il a également reçu une bourse par la SSA pour l’écriture de son projet d’ Opéra La Caverne en gagnant le concours.

Son quintette à vent Méditations sur trois espaces a été créé lors de la saison 2012 de la SMC de Lausanne par l’ensemble EOL.

Il a également reçu des commandes par l’ensemble CHAU, le Lausanne Guitars trio, la violoncelliste Karolina Öhman, la harpiste Sara Terzano, la fondation des amis du Château d’Andlau et en 2014 il a reçu la commande d’une pièce pour chœur et ensemble par l’Institut Le Rosey qui a vu la lumière dans la prestigieuse salle de concert « Carnal Hall » de Rolle.

Son projet 7 pièces et demi au cœur de Lausanne, en collaboration avec le sourd designer Simone Conforti, a été réalisé en 2015 à Lausanne dans le nouveau espace culturel de Lausanne « Chauderon 18 ».

Sa composition Lete pour grand ensemble, commandé par le Lemanic Modern Ensemble, a été créé à la Biennale Musica de Venise en octobre 2015 et également programmée lors du Festival Amadeus de Genéve. En novembre 2015 Swetawa’s Tear, pièce neo-classique pour orchestre symphonique et commandée par l’Institut de Ribaupierre, a été interprétée par l’orchestre de Ribaupierre à la Salle Paderewski de Lausanne et à la salle du Castillo de Vevey lors de la célébration du centenaire de l’Orchestre.

En janvier 2020 sa composition Convergenze pour violon et orchestre à cordes a été créé en première mondiale par Oleg Kaskiv et la International Menuhin Academy lors du concert de gala à la Rosey Concert Hall.

Avec son Concerto pour Piano et Orchestre N°1 « Connexions » Riparbelli se base sur la recherche de connexions entre plusieurs esthétiques, connexions lui permettant des mélanger des harmonies atonales avec des harmonies plus traditionnelles et classiques, en gardant une unité et une logique narrative ainsi qu’une cohérence sémantique.

programme sous réserve de modification
octobre 28 2020

Details

Date: octobre 28
Horaires: 20:15 - 22:00
Prix: CHF50 à CHF75
Évènement Categories:
Tarifs spéciaux Voir la page FAQ

Venue

Rosey Concert Hall

Institut Le Rosey
Rolle, 1180 Suisse

Phone:

+41 (0) 21 822 55 00

Organisateur

Fondation Le Rosey
Tél. +41 (0) 21 822 55 00
E-mail: