CECILIA BARTOLI & MAXIM VENGEROV

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

CECILIA BARTOLI & MAXIM VENGEROV

Cecilia Bartoli Mezzo-Soprano

Maxim Vengerov Direction et Violon

Avec les solistes de l’Académie Menuhin

 

« Depuis qu’il est devenu notre orchestre en résidence en octobre 2015, la Menuhin Academy nous offre chaque saison un concert de gala en présence de son directeur artistique, l’immense Maxim Vengerov. Cette année nous avons la grande fierté de présenter à ses côtés, Cecilia Bartoli qui nous fait l’amitié de revenir après avoir enregistré, en janvier 2017, un album au Rosey Concert Hall. »

Marie-Noëlle Gudin

Programme :

Concerto en la mineur BWV 1041 pour violon 
Johann Sebastian Bach
 –
Symphonie no 9 en do majeur pour orchestre à cordes dite « La Suisse »
Felix Mendelssohn
 –
Entracte
 –
Concerto pour 4 violons en  si mineur 
Antonio Vivaldi
 –
« Sovvente il Sole» 
Aria extrait de l’opéra Andromeda liberata d’Antonio Vivaldi
 –
“Ch’io mi scordi di te?” – “Non temer, amato bene”  K. 505
Récitatif et rondo de Wolfgang Amadeus Mozart
 –
Exsultate, jubilate K. 165
Motet pour soprano et orchestre de Wolfgang Amadeus Mozart

 

CECILIA BARTOLI

180118Bartoli960x741_01

Lorsque Cecilia Bartoli chante, elle défie toute comparaison. Les critiques cherchent de nouvelles métaphores, car le vocabulaire
usuel ne suffit pas. Sa gorge, a-t-on pu lire, « abrite un nid de rossignols »; et, lorsque l’on parle d’elle, les seules
paroles qui s’imposent sont des « déclarations d’amour ». En d’autres termes, le phénomène Bartoli ne se laisse ni résumer,
ni réduire à des faits et à des chiffres. Mais ces derniers nous permettent d’appréhender, à leur manière, de la manière
dont Cecilia Bartoli nous émeut par la musique.

Ses enregistrements en disque ou en vidéo ont été vendus à plus de dix millions d’exemplaires à travers le monde. Pour en
rester aux statistiques, Cecilia Bartoli est l’artiste classique d’aujourd’hui qui connaît le plus grand succès. Si elle
s’est imposée comme l’une des chanteuses les plus populaires de sa génération, c’est sans recourir aux stratégies habituelles
du marketing. Toujours prête à la découverte, elle a obtenu des succès mondiaux avec des projets magnifiques et construits
minutieusement autour d’un thème. The Vivaldi Album, Italian Arias (airs de Gluck), The Salieri Album,
Opera proibita, Maria, Sacrificium, Mission et St Petersburg ont tous obtenu de nombreuses
récompenses, notamment cinq Grammys.

Ses concerts la mènent dans les salles majeures d’Europe, d’Amérique, d’Asie et d’Australie. Ces derniers temps, elle a privilégié
la collaboration avec les meilleurs ensembles spécialisés dans le jeu sur instruments anciens. Bien entendu, Cecilia
Bartoli se produit également avec les plus grands orchestres symphoniques, l’une des collaborations marquantes en ce
domaine étant le projet qu’elle a conçu et réalisé avec l’Orchestre philharmonique de Vienne.

En 2016 sont présentées les « Musiciens du Prince – Monaco », nouvel orchestre d’instruments anciens dont Cecilia Bartoli
est la directrice artistique, créé à l’Opéra de Monte-Carlo, et qui compte avec le soutien du Prince Albert II de Monaco
et de S.A.R. la Princesse Caroline.

En 2012, Cecilia Bartoli a été nommée directrice artistique du Festival de la Pentecôte de Salzbourg, son contrat étant prolongé
récemment jusqu’en 2021. Sa capacité particulière à réunir le conceptuel et l’artistique y trouve un terrain de développement
idéal. Salzbourg est également l’un des lieux privilégiés où elle exerce son art de chanteuse lyrique. En 2013, elle
y a effectué sa prise de rôle en Norma – un jalon majeur dans sa carrière.

En 2016 est présentée une nouvelle production de « West Side Story », dirigée par Gustavo Dudamel, dans laquelle Cecilia
Bartoli chante le rôle de Maria. Le Festival continue en 2017 avec deux nouvelles prises de rôle pour Cecilia : Ariodante de Händel et La Donna del Lago de Rossini dans une version concert.

Le Metropolitan Opera de New York, l’Opéra royal de Covent Garden à Londres, la Scala de Milan, la Staatsoper de Bavière
à Munich, l’Opéra de Zurich et le Théâtre des Champs-Elysées à Paris sont d’autres hauts lieux qui l’accueillent régulièrement.
Avec la production de Salzbourg de « Norma », nommée meilleure production de l’année, Cecilia présente sa vision de ce
rôle emblématique en tournée, à l’Opéra de Zurich en 2015, Opéra de Monte-Carlo, ainsi que Festival d’Edinbourgh, Théâtre
des Champs Elysées de Paris, et Festival de Baden-Baden en 2016. Pour célébrer les 200 ans de la création de « La Cenerentola
» en Février 2017 Cecilia est en tournée européenne avec une version semi-scénique de ce chef-d’œuvre de Rossini.

La chanteuse, née à Rome, ne se souvient pas avoir établi de « plan de carrière » : son moteur a toujours été le désir de
faire de la musique. Sa mère, Silvana Bazzoni, lui a enseigné le chant et est restée son seul professeur. Daniel Barenboim,
Riccardo Muti, Herbert von Karajan et Nikolaus Harnoncourt ont souhaité travailler avec elle dès ses débuts.

Cecilia Bartoli a reçu plusieurs importantes distinctions: en Italie elle est « Cavaliere », en France « Chevalier de la
Légion d’Honneur » et « Officier des Arts et des Lettres ». Elle a été nommée membre d’honneur d’importantes institutions
comme la Royal Academy of Music de Londres et l’Académie Royale de Musique Suédoise et s’est vue décerné en 2012
un doctorat honoris causa à l’University College de Dublin. En 2010 elle a reçu le prix Léonnie-Sonning, en 2012
le prix Herbert-von-Karajan à Baden-Baden et en 2016 elle reçoit le Polar Prize à Stockholm.

Les Solistes de l’Académie Menuhin

Les Solistes de l’Académie Menuhin sont un ensemble de musique de chambre exceptionnel issu de l’International Menuhin Music
Academy (IMMA) basée en Suisse, connu pour son éclat technique et sa musicalité inspirée. IMMA a été fondée par Lord
Menuhin en 1977 « pour assurer que le grand héritage de la maîtrise du violon soit passé à la prochaine génération »
et est une organisation à but non lucratif qui forme des jeunes virtuoses d’instruments à cordes venus du monde entier
en leur accordant une bourse de 3 ans. Pendant près de 40 ans, l’académie a formé des violonistes, des altistes et des
violoncellistes avec l’aide de professeurs illustresdu passé tels que Lord Menuhin lui-même et Alberto Lysy.

Aujourd’hui, elle est devenue l’une des institutions musicales suisses les plus renommées au monde et est l’Académie et l’Orchestre
en résidence du Rosey Concert Hall de Rolle, en Suisse. Jouant à traversle monde, dirigés par leur konzertmeister Oleg
Kaskiv, Les Solistes de l’Académie Menuhin ont joué dansles salles et les festivals les plus prestigieux telles que le
Royal Festival Hall, le Théâtre des Champs-Elysées, le Concertgebouw, le Festival d’Edimbourg et le Menuhin Festival
Gstaad. Ainsi que de nombreux concerts en Amérique du Sud, aux États-Unis, au Canada, au Japon et en Chine. Depuis 2012
l’IMMA est dirigée par Maxim Vengerov, avec qui elle donne des concerts régulièrement dans le monde entier et dont l’un
a été enregistré et diffusé sur Mezzo et Arte TV.

MAXIM VENGEROV

Maxim Vengerov est reconnu comme l’un des meilleurs violonistes au monde. Depuis l’âge de quatre ans et demi où il commence
le violon,

il passe du stade d’enfant prodige à celui de musicien virtuose. Après son premier récital dans sa ville de Novosibirsk,
en Sibérie, à l’âge de cinq ans, il étudie avec Zakhar Bron et remporte à l’âge de 10 ans seulement le premier prix du
Concours Wieniawski Junior en Pologne. En 1990, à l’âge de quinze ans, il remporte le Concours International de violon,
qui confirme sa réputation de musicien de tout premier ordre.

Vengerov a obtenu de nombreux prix pour ses enregistrements (Gramophone Artist of the Year, Record of the Year, Edison Award Best Concerto Recording).
En 2000, Vengerov signe un contrat exclusif avec EMI Classics pour qui il enregistre le Concerto Cantabile de Rodion
Chtchedrine et le Concerto pour violon de Stravinsky avec le London Symphony Orchestra et Mstislav Rostropovich.

Il exerce aujourd’hui trois professions, violoniste, chef d’orchestre et professeur, car il enseigne aussi à Gstaad et à
la Royal Academy of Music de Londres. La période 2007-2010 l’aura amené à travailler une trentaine de grandes
symphonies, mais aussi des ouvertures et les parties d’orchestre de concertos. Une expérience enrichissante pour un violoniste
qui en mesure aujourd’hui l’apport : « j’ai gagné en couleur, ma palette sonore s’est élargie ».

 

janvier 17 2018

Détails

Date janvier 17
Heure 20:15 - 22:00
Évènement Categories:

Lieu

Rosey Concert Hall

Institut Le Rosey
Rolle, 1180 Suisse

+ Google Map

Téléphone :

+41 (0) 21 822 55 00

Organisateur

Rosey Foundation
Téléphone : +41 (0) 21 822 55 00
Email: