LES TRAVAILLEURS DE LA MER

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

Paul Fructus Adaptation et Interprétation

Patrick Fournier Accordéon

Jean-Louis Morell Piano

Florence Pasquet Assistante mise en scène – Lumières

« Notre talentueuse responsable de la programmation théâtrale au Rosey Concert Hall nous ayant vanté les mérites de cette très belle adaptation pour la scène du célèbre texte de Victor Hugo, nous lui faisons totalement confiance ! Un grand comédien au service d’un grand auteur. »

Marie-Noëlle Gudin

– La soirée du 28 septembre est réservée aux abonnés –

Résumé

Lethierry, propriétaire d’un bateau à vapeur échoué entre deux rochers des îles de la Manche qu’il desservait, promet la main de sa fille à celui qui récupèrera la machine de l’épave. Gilliat, un robuste pêcheur épris en secret de la jeune fille, accepte le défi et va livrer un combat surhumain contre les éléments et la nature, l’océan, la tempête, la pieuvre…

Victor Hugo ouvre le chantier des Travailleurs de la mer en 1864, après treize années d’exil. C’est un homme de soixante-deux ans qui trempe la plume dans l’encrier de toutes les douleurs : la mort de

sa fille, l’emprisonnement de ses fils… Un aller-retour comme un flux et un reflux, entre Hugo et Gilliat, la mise en miroir de deux hommes battus par l’histoire et les embruns de la vie.

La traversée d’un océan de mots, pour ce qu’ils disent, pour leur sonorité, pour que le spectateur désire ouvrir le livre quand l’acteur se sera tu.

Dire, jouer, chanter cette bataille épique de Gilliat, marin

de Guernesey, un homme persuadé qu’en sauvant un navire échoué il gagnera l’amour d’une femme et l’estime d’une population figée dans des jugements sans appel.

Gilliat le maudit est bien le double romanesque de Victor Hugo le banni, qui, exilé par Napoléon III, écrit, debout sur son rocher de Guernesey Les Travailleurs de la mer. Cette fresque hugolienne est une lettre d’amour adressée

à l’humanité, jetée comme une bouteille à la mer.

Vider l’océan à la petite cuillère. Pourquoi pas ? C’est toute la liberté du théâtre. La liberté de tenir entre ses doigts le chaos liquide et minéral de Hugo. La liberté de faire tonner la parole du proscrit. La liberté de donner l’impossible : le ressac de l’espoir et du désespoir. Les rêves qui ballottent Gilliat, le héros du roman mais aussi l’auteur qui a traversé toutes les tempêtes.

170927TravailleursDeLaMer960x741_01

170927TravailleursDeLaMer960x741_02

170927TravailleursDeLaMer960x741_03

septembre 27 2017

Détails

Date septembre 27
Heure 20:15 - 22:00
Catégorie:

Lieu

Rosey Concert Hall

Institut Le Rosey
Rolle, 1180 Suisse

+ Google Map

Téléphone :

+41 (0) 21 822 55 00

Organisateur

Rosey Foundation
Téléphone : +41 (0) 21 822 55 00
Email: